Si vous avez lu les deux premiers articles de cette série (si vous ne les avez pas encore lus, commencez ici), vous aurez sûrement réalisé que manquer de temps était signe de nombreuses opportunités (ce qui est plutôt une bonne chose), et que le problème du temps était surtout une question de choix (une bonne chose aussi puisque vous avez finalement toutes les cartes en main).

Tout l’enjeu d’une bonne journée (semaine, mois, année, ça marche aussi) est de bien choisir ce que vous allez faire, parmi tout ce que vous pouvez faire, et ensuite de respecter ces choix.

Le bon choix ?

Voici 2 exemples de soirées. Dans les 2 cas, la personne rentre du travail à 19h, et va se coucher à 23h. La soirée dure donc exactement 4 heures dans les 2 cas…

Soirée 1 Soirée 2
19h-19h30 : Jeu avec les enfants
19h30-20h30 : Dîner en famille
20h30-22h30 : Film en amoureux
22h30-23h : Lecture de quelques pages d’un roman
19h-19h30 : Déclaration d’impôts
19h30-20h : Dîner rapide
20h-20h30 : Réponse aux mails pro en retard
20h30-21h30 : Préparation du comité du lendemain
21h30-22h : Repassage
22h-22h30 : Réparation du PC en panne
22h30-23h : Tri de la cave

Quel est pour vous le meilleur choix de soirée ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

Même si ces 2 soirées sont radicalement différentes, il n’y a pas de bon choix universel. Le “bon” choix dépend des priorités de chacun. Si vous avez tendance à trop travailler et à ne pas assez prendre le temps de souffler, alors la soirée 1 sera sûrement la plus utile, pour vous permettre de recharger vos batteries. Au contraire, si vous avez un peu trop rechargé vos batteires ces derniers temps ;-) , la soirée 2 pourra vous remettre le pied à l’étrier et rattraper un peu de votre retard vous apportera plus de sérénité. Ce sont 2 exemples un peu extrêmes, mais il est aussi tout à fait possible de combiner travail et récupération dans une même soirée.

Vous avez tous les choix !

Comment choisir

1ère étape : Se dé-victimiser

On pense souvent qu’on n’a pas le choix. Pas le choix de ne pas renvoyer sa déclaration d’impôts à temps, pas le choix de ne pas repasser ses chemises, pas le choix de ne pas accepter ce projet supplémentaire que notre chef veut nous confier, …

Et pourtant, qui vous a braqué un pistolet sur la tempe en vous imposant de faire toutes ces choses ?

Personne ! Vous n’êtes donc pas obligé de les faire. Remarquez que même d’avoir un pistolet braqué sur la tempe ne vous oblige pas à faire quoi que ce soit. Là encore, c’est un choix. Combien de résistants ont préféré être fusillés plutôt que de trahir leur réseau ? Et pourtant l’enjeu était nettement plus important que d’aller travailler avec des chemises repassées ou non…

Donc vous avez TOUJOURS le choix ! Vous pouvez rendre votre déclaration d’impôts en retard, mais vous paierez une majoration de 10%. Alors, vous choisissez de la rendre à temps. Vous pouvez aller travailler avec des chemises non repassées, mais ça donnera une mauvaise image de vous et nuira à votre carrière. Alors vous choisissez de repasser vos chemises. Vous pouvez refuser ce projet supplémentaire que votre chef veut vous confier, mais vous devrez sûrement renoncer à votre augmentation ou votre promotion. Alors vous choisissez d’accepter ce projet.

2ème étape : Sélectionner l’essentiel

Je vous en ai déjà parlé dans le deuxième article de cette série, vous aurez toujours moins de temps qu’il n’en faut pour faire tout ce que vous devez ou voulez faire.

Alors, prenez le temps dont vous disposez comme une donnée d’entrée pour faire votre choix. Et sélectionnez ce que vous allez faire dans l’ordre de vos priorités. Jusqu’à ce que vous ayez rempli votre temps disponible…

Choisir sa direction

3ème étape : Assumer ses choix

Lorsqu’on fait un choix, on a bien conscience de ce qu’on sélectionne. Normal, c’est ce qu’on choisit ! Comment expliquer, alors, qu’on ne soit malgré tout pas satisfait à la fin de la journée ?

On oublie souvent que :

Faire un choix, c’est accepter une possibilité, mais c’est aussi renoncer à toutes les autres.

Alors reprenez la liste de toutes les choses que vous avez éliminées lorsque vous ne les avez pas sélectionnées. Et comparez-les à votre sélection.

Si vous acceptez de ne pas les faire, en contrepartie d’accomplir toute votre sélection, alors votre choix est assumé. Vous pouvez passer à l’action !

Si vous n’êtes pas prêt à renoncer à certaines des actions que vous n’avez pas choisies, alors vous devez revoir votre sélection. Votre meilleure alliée pour faire ce choix est votre intuition. Si vous n’êtes pas satisfait de votre choix en début de journée, il y a peu de chance que vous en soyez satisfait à la fin de la journée… Mais ne trichez pas en rajoutant en force des actions que vous aviez éliminées. Car alors vous subiriez tout ce que vous n’aurez pas fait, au lieu de l’avoir choisi. Et c’est très mauvais pour l’image que vous avez de vous !

Comment s’en tenir à ses choix

Votre meilleur atout : la liste de tâches du jour

Le meilleur moyen de s’en tenir à ses choix est déjà de ne pas les oublier :-)

Pour cela, vous pouvez faire un gros travail de mémorisation… OU vous pouvez les noter dans une liste (votre liste de tâches à faire du jour) de façon à ne pas occuper votre cerveau à un travail qu’un bout de papier fera tout aussi bien, voire mieux (il n’oubliera pas, lui).

Lorsque vous finissez une tâche, votre premier réflexe doit être de vous replonger dans cette liste pour choisir votre prochaine action, avant de vous faire pièger dans l’engrenage des sollicitations immédiates (le nouveau mail qui vient d’arriver dans votre boîte, le lien vers une vidéo YouTube qu’un collègue vient de vous donner, …).

Rester flexible

Paradoxalement, le meilleur moyen de s’en tenir à ses choix est d’être prêt à s’en écarter… sous certaines conditions !

Vous ne devez pas vous sentir prisonnier des choix que vous avez pu faire à un moment donné, sinon vous résisterez à faire le moindre choix la prochaine fois. Pour cela, vous devez être prêt à renégocier ces choix, en fonction des évènements.

Vous aviez prévu de remplir votre déclaration d’impôts, mais vous venez de recevoir une promotion, valable aujourd’hui seulement, sur le barbecue que vous aviez prévu d’acheter dans le courant du mois. Si vous décidez d’aller acheter votre barbecue, vous devrez renoncer à faire votre déclaration d’impôts aujourd’hui. Vous pouvez alors choisir de changer vos plans et d’aller acheter votre barbecue (si votre déclaration d’impôts peut attendre demain) ou renoncer à la promotion et rester sur votre plan initial (si aujourd’hui est la date butoir pour rendre votre déclaration, la promotion sur un barbecue ne vaudra peut-être pas les 10% de majoration de vos impôts :-) ).

Dans tous les cas, si vous ne voulez pas “subir” vos changements de programme, vous ne devez intégrer une nouvelle tâche dans votre liste que si vous renoncez à une autre tâche de votre liste (ou plusieurs, selon le temps nécessaire).

**************************

Choisir comment utiliser son temps est certainement la chose la plus difficile à faire car cela nous rend responsable de tout ce que nous n’avons pas fait. Mais cela ouvre la porte à tout ce que nous n’avons encore jamais fait par “manque de temps”. Alors, choisirez-vous de continuer à manquer de temps ?

Les autres articles de cette série :

Image: David Castillo Dominici / FreeDigitalPhotos.net