J’ai découvert récemment cette intervention de Tony Schwartz pour la Conférence 99% de la société Behance. En 30 minutes, Tony Schwartz démonte les grands mythes de la productivité et nous exhorte à changer notre façon de travailler… pour notre efficacité, mais aussi pour notre santé. Une vidéo à regarder absolument !!!

Si vous ne parlez pas anglais (ou si vous voulez avoir un aperçu du contenu avant d’y consacrer 30 minutes), je vous fournis une transcription condensée de l’intervention juste en dessous de la vidéo.

Transcription condensée de la vidéo :

La demande qui pèse sur nous ne cesse d’augmenter. Pourtant, cela ne nous inquiète pas, car jusqu’à présent nous avons toujours eu la capacité de répondre à la demande. Alors nous considérons comme acquis que cette capacité augmentera toujours suffisamment (comme pour l’environnement). Nous n’avons pas encore pris conscience que cette capacité était limitée.

“Les ressources qui durent sont celles qu’on renouvelle”

Nous nous sentons surmenés pour de nombreuses raisons : les nouvelles technologies, la crise, … Mais surtout, nous devons assumer de plus en plus de rôles. Avec davantage à faire, nous allons investir plus de temps, travailler plus tard le soir, … Le problème :

“Le temps est limité”

Il y a 168 heures dans une semaine, et rien ne pourra en ajouter une de plus. Et nous n’avons déjà plus de temps libre. Nous ne pouvons donc pas travailler plus. Et en fait, au-delà d’un certain nombre d’heures de travail, le temps se retourne contre nous. Chaque heure supplémentaire passée à travailler donne de moins en moins de retour.

Heureusement, il y a une ressource que nous n’avons pas encore exploré suffisamment et qui est en nous : l’énergie.

Il y a 3 choses à savoir à propos de l’énergie :

  1. Nous pouvons cultiver notre énergie. Nous pouvons augmenter nos réserves d’énergie disponible (en mangeant différemment ou en s’oxygénant, par exemple)
  2. Nous pouvons renouveler notre énergie (comme on remet de l’essence dans sa voiture quand le réservoir est vide)
  3. Nous pouvons apprendre à mieux gérer notre énergie. Et quand on y arrive, on peut accomplir plus de choses, en moins de temps, et avec des résultats de meilleure qualité

Mais qu’est-ce que l’énergie ? La définition de l’énergie en physique est intéressante :

“L’énergie est la capacité de fournir un travail”

Plus d’énergie = Plus de capacité

Nous avons tous plein de talents et d’idées. Mais si nous n’avons pas d’essence dans le réservoir, nous ne pouvons pas donner vie à ces talents et à ces idées.

Il y a 4 types d’énergie chez l’être humain :

  1. L’énergie physique. C’est la quantité d’énergie dont on dispose. C’est la base sur laquelle reposent les 3 autres types d’énergie.
  2. L’énergie émotionnelle. C’est la qualité de notre énergie. C’est la façon dont nous devons nous sentir pour fonctionner à notre optimum.
  3. L’énergie mentale. C’est la focalisation de notre énergie. C’est celle qui est le plus en péril de nos jours, à cause des sollicitations permanentes (emails, tweets, …) qui assiègent notre attention.
  4. L’énergie spirituelle. C’est le sens de notre énergie. Et quand on pense que ce qu’on fait compte, on y apporte plus d’énergie.

Mythe n°1 : “Le meilleur moyen de faire plus est de travailler plus longtemps”

Réalité : “Nous sommes plus productifs quand nous intercalons des plages de régénération en cours de route”

Nous devons osciller entre dépenser de l’énergie et renouveler notre énergie. Et quand nous ne renouvelons pas naturellement notre énergie, nous faisons appel à des remontants artificiels (café, apéritif, somnifère, …).

“Il faut anoblir le renouvellement de notre énergie”

Ce n’est pas honteux. Il faut gérer son ratio repos-travail !

Nous savons que notre sommeil fonctionne par cycles de 90 minutes environ. Ce que nous savons moins, c’est que nous avons un fonctionnement analogue durant la journée. C’est ce qu’on appelle le rythme ultradien.

Nous essayons de le neutraliser avec du café, avec du sucre, mais surtout avec nos hormones (cortisol, adrénaline, et toutes les hormones du stress censées servir seulement à notre survie).

L’important, ce n’est pas la durée du renouvellement de notre énergie, c’est sa qualité. Et quand on est en pleine forme, on se régénère mieux, donc plus vite.

Mythe n°2 : “Une heure de sommeil en moins ajoute une heure de productivité à notre journée”

Réalité : “Même de faibles manques de sommeil ont un impact profond non seulement sur notre santé, mais aussi sur nos capacités cognitives et donc sur notre efficacité”

Le sommeil est le plus important des comportements à adopter correctement, et c’est le premier que nous adoptons de travers…

De combien de sommeil avons-nous besoin ? 97,5% de la population a besoin d’au moins 7h de sommeil par nuit (ça veut dire que seulement 2,5% des gens ont réellement besoin de moins de 7h…).

Très peu de gens dorment aujourd’hui suffisamment. Nous pensons être bien parce que nous ne savons même plus ce que ça fait de ne pas être en manque de sommeil.

Dormir moins de 5h par nuit pendant 4 nuits consécutives diminue autant nos capacités que si nous étions complètement ivres

Mythe n°3 : “C’est le nombre de tâches avec lesquelles nous sommes capables de jongler simultanément qui détermine à quel point nous sommes productifs”

Réalité : “Nous sommes le plus performant quand nous faisons une seule chose à la fois, en étant complètement absorbé et de manière séquentielle”

Nous faisons de plus en plus de choses, mais en y accordant de moins en moins d’attention.

Ce que l’information consomme est assez évident. Elle consomme l’attention de ceux qui la reçoivent. Ainsi, la richesse en information crée une pauvreté en attention.

 

Herbert Simon, Prix Nobel d’Économie 1978

Notre problème est que nous passons sans cesse d’une activité à une autre. Si nous sommes en train de traiter un problème difficile, n’importe quelle autre activité nous paraîtra très attrayante… car l’esprit humain obéit à 2 règles : fuir la douleur, et rechercher le plaisir. C’est pour cela que nous abandonnons le problème en cours pour aller lire un email, car il nous libère de la douleur du problème et promet un plaisir potentiel.

Le problème, c’est qu’à chaque fois que nous abandonnons la tâche principale sur laquelle nous travaillons, nous augmentons de 25% le temps restant nécessaire à sa réalisation !

Nous devons changer de paradigme

“Vivre comme un sprinter, pas comme un marathonien”

Le marathonien régule son rythme car il ne voit pas la fin de la course et donc il ne s’investit pas complètement.

Le sprinter se place sur la ligne de départ et se demande s’il peut courir à plein régime jusqu’à la ligne d’arrivée. Et il répond OUI ! Parce que le sprinter a une limite. Il a une ligne d’arrivée en vue.

Nous avons perdu nos lignes d’arrivée.

Nous devons les retrouver, pour retrouver l’équilibre entre dépenser de l’énergie et renouveler son énergie. Pour pouvoir être engagés à 100%, et pour pouvoir se reposer à 100%, au lieu d’être toujours dans l’entre-deux.

Reprenez votre vie en mains, car elle vous appartient !