Arrêter de tout remettre au lendemain… Un objectif ambitieux pour certains, une utopie pour d’autres. Il faut dire que c’est presque devenu un phénomène de société. Toujours plus de travail, toujours plus de sollicitations (emails, internet, …), toujours plus d’attentes. La procrastination est devenue l’échappatoire n°1 à toute cette pression. Et pourtant, il est tout à fait possible de lutter efficacement contre la procrastination… Tant que vous ne commettez pas ces 3 erreurs !

Marcher sur une peau de banane

Erreur n°1 : Croire que vous êtes un cas désespéré

Tout le monde procrastine. On s’en rend rarement compte mais tout le monde, à un moment ou à un autre, remet une tâche à plus tard pour de mauvaises raisons. Mais tout le monde ne procrastine pas forcément pour les mêmes choses. C’est pour cela que vous avez souvent l’impression que tout le monde y arrive mieux que vous. Vous ne voyez souvent chez les autres que les domaines dans lesquels ils sont efficaces et dans lesquels, vous, vous procrastinez.

La procrastination fait beaucoup de mal à la confiance en soi : délais non respectés, projets complètement passés à la trappe, travail bâclé, moments de détente culpabilisants… Difficile de garder une bonne image de soi dans ces conditions.

Mais vous ne procrastinez pas 24 heures sur 24. Comme tout le monde, il y a des choses que vous faites immédiatement, et d’autres que vous laissez filer. D’ailleurs, le procrastinateur n’est pas quelqu’un qui ne fait rien. Bien au contraire ! La meilleure ruse du procrastinateur consiste à s’activer frénétiquement sur autre chose, n’importe quoi, du moment que ce n’est pas LA tâche redoutée.

Vous êtes comme tout le monde. Et, comme tout le monde, vous pouvez arrêter de procrastiner.

Erreur n°2 : Attendre d’avoir un plan d’attaque complet pour arrêter de procrastiner

La procrastination dans toute sa splendeur ! Ou comment se trouver une excuse pour remettre à plus tard sa résolution d’arrêter de tout remettre à plus tard…

  • L’origine de cette idée : une peur, celle de ne pas y arriver.
  • La solution du procrastinateur : attendre une stratégie garantie 100% efficace, pour se rassurer.
  • Le résultat : aucun, justement !

N’attendez pas d’avoir une route toute tracée. Comme pour toute mauvaise habitude, on n’arrête pas de procrastiner du jour au lendemain. Il faut du temps, des succès… et des échecs aussi.

Alors, lancez-vous !

Erreur n°3 : Chercher à traiter les causes plutôt que les effets

Oui, vous avez bien lu !

Je sais qu’on conseille en général de traiter le mal à la racine pour l’éradiquer définitivement, plutôt que d’en soigner les symptômes. Et, en général, je suis plutôt d’accord avec ce principe. Mais, en ce qui concerne la procrastination, cette approche risque au contraire de vous être fatale.

Admettons que vous cherchiez à éliminer les causes de votre procrastination. Vous allez très vite vous rendre compte qu’elle est liée à la peur. Peur d’échouer, peur de réussir, peur de l’avis des autres, … La procrastination n’est qu’un moyen de fuir cette peur.

Et on ne se débarrasse pas d’une peur en 5 minutes… Bien sûr, cela vous aidera peut-être de découvrir, au terme d’une longue analyse, que vous avez toujours peur de ne pas y arriver parce que votre maîtresse de maternelle s’est moqué de vous une fois, parce que votre coloriage débordait des traits. Mais êtes-vous sûr que cela changera votre façon de voir les choses du jour au lendemain ?

Vouloir traiter les causes de la procrastination, c’est aussi une forme de procrastination. Tout le temps que vous allez passer à analyser ces causes, vous ne le passerez pas à faire… Ce sera encore un peu plus de retard qui va s’accumuler. Pas forcément de quoi vous redonner confiance et vous inciter à agir !

Alors, pour lutter efficacement contre la procrastination, ne réfléchissez pas trop. Débranchez votre cerveau et agissez !

 

Image: Chris Sharp / FreeDigitalPhotos.net